Serez-vous soumis à la Nouvelle Race ou serez-vous l'un des leurs ?
 

Partagez | .
 

 Fuyuuki, de glace comme l'hiver

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: Fuyuuki, de glace comme l'hiver   Sam 7 Juin - 22:18

avatar
Esclave

© crédit : Natsuno Yuuki/Koide © Shiki
Doubles-Comptes : Kazumi Valvare
Fiche : Ce que je suis...
Journal : Ce que je fais de mon temps...
Sexe du personnage : Masculin
Messages : 159
Date d'inscription : 07/06/2014
Age : 25
Localisation : À la demeure de mon maître, qui sait pour combien de temps...


  Fuyuuki

Feat. Koide/Yuuki Natsuno
Ͽ Shiki


Nom: ---
Prénom: Fuyuuki, mais Yuki pour les intimes s'il y a.
Âge: 20 ans
Âge d'apparence : Je viens de vous le dire, vous savez pas lire peut-être?
Sexe: Mâle
Sexualité: Homosexuel
Groupe sanguin: O -
Race: Humain
Métier: Ah oui?! Depuis quand un humain ça droit à un métier autre qu'être esclave, hm?
Allégeance: Je n'ai aucune allégeance à rendre à qui conque, mais je sais ou est ma juste place il n'y a pas à s'inquiéter.


Et une plastique de rêve! Ou pas...



Fuyuuki est un jeune humain que les Hungrys qualifieraient de beau, ou du moins, disons qu'il est fort agréable à regardé si ce n'est pas plus. Une peau d'apparence douce, de couleur blanche comme la lune qui semble peu marquée à première vue; Il n'a jamais trop sut pourquoi certaines de ses cicatrices, particulièrement au dos, et aussi profondes soient-elles finissaient par disparaître et les plus profondes d'entre-elles ne laissaient qu'une légère démarcation. Il est svelte, mais durant son enfance auprès des rebelles, il passait son temps à grimper, courir partout sans relâche. De plus, il avait sans doute reçu un entrainement de base d'auto-défense qui laisse imaginer que Fuyuuki n'est donc pas aussi faible qu'il le prétend. Voir, il est surement plus musclé qu'un autre Humain de sa taille qui serait née à la ferme ferme. Justement, sa taille est fine, tout comme ses mains et ses jambes. Son corps est pourtant gracieux.

Un beau visage, avec des traits doux et harmonieux. Il possède une chevelure mi-longue l'encadrant joliment. D'ailleurs, par le passé, ils étaient bruns foncés, mais son maître aimait bien les couleurs extravagantes, alors il l'a teint en violet. Au moins, ce n'était pas en rose, fort heureusement! Il a de magnifiques grands yeux bleus. Ce regard semble à la fois rebelle et docile, c'est difficile à le mettre en mots, néanmoins, une chose était sûr, il n'inspirait aucun danger. Son regard quand il se pose sur vous, on pouvait ressentir son esprit froid, distant, glaciale et solitaire. Ils portent une absence d'affection quelconque, complètement détacher. Peut-être qu'il a une pointe de mélancolie. À de rares occasions, ses yeux brille d'un lueur rougeâtre, comme si ses pupilles changeaient de couleur du bleu au rouge. Lui-même ne se rend pas compte de ce changement. D'ailleurs il ne l'a vu qu'une fois cet étrange phénomène qu'il avait pris pour une hallucination.

Cela dit, il y a plusieurs rumeurs sur cet esclave. Car, dit-on que le goût de son sang est légendaire! Encore une fois, Fuyuuki ignore pourquoi il est si particulier sur ce plan, mais il sait que c'est sa principale qualité en tant qu'esclave. Ce qui lui vaut de nombreuses morsures au cou et à l'occasion ailleurs sur son corps. Selon les préférences de ses maîtres. Il est encore vierge comme bien d'autres, mais ne voit vraiment pas pourquoi son sang est aussi spécial. Certains en développe même une dépendance, comme s'il était une drogue. Peut-être, ne le saura-t-il donc jamais la raison...




Et un cerveau trop complexe!! Ou pas vraiment...



L'esclave Fuyuuki d'aujourd'hui n'a rien avoir avec le caractère qu'il avait lorsqu'il fut un jeune rebelle. Bien que la ferme a échoué à le brisé, ce fut son maître qui se chargea de le dompter et de l'éduquer. Celui-ci trouvait ce garçon assez intéressant pour lui partager son enseignement et son savoir. Avant, il avait un langage cru et impoli, dorénavant, il parle dignement tel un Noble. Il vouvoie aussi bien les inconnus que ses maîtres par courtoisie et pour se distancer d'eux. Bien que peu d'Hungrys seraient intéressés à entretenir une quelconque conversation avec une poche de sang. Après tout, il sait que les humains sont des moins que rien pour eux, mais croire en leur supériorité serait tout aussi stupide.

Depuis que son caractère fut brisé, il est du genre à suivre le courant. Sans se poser de question cependant? Non. Mais vous ne le saurez que si vous ne le demandez pas. Il n'est pas du genre à être très bavard et reste discret quant à son passé. Souvent, il sera vague sur son passé, il faut jouer un peu aux devinettes avec lui pour découvrir qu'il était autrefois un rebelle.

Fuyuuki sait très bien où est sa place, mais si ça place ne lui conviens pas auprès du maître qui l'a acheté, surement qu'il fuguera et se laissera acheter par un autre. Jusqu'à ce qu'il en est un qu'il soit digne pour lui. Docile, mais pas tout à fait. Il ne fera pas tout ce que vous lui demanderez, si ça ne lui plait pas. Il tendra peut-être le cou pour nourrir son maître, mais ne tendra certainement pas la joue pour une claque. Si vous voyez où je veux en venir. Si tel est le cas, ne sur-estimer son caractère adoucis. Ceux qui en font l'erreur le paie cher. Un esclave comme celui-ci n'est pas donné après tout! Toutefois, un rebelle reste tout de même un rebelle. C'est dans sa nature.

Le jeune humain n'est pas du genre à être bien tendre, ni à s'attacher à qui que ce soit. On pourrait même dire qu'il est replié sur lui-même. Rien n'empêche toutefois de gagner son respect comme son premier maître. Beaucoup d'humain, le suspecte déjà, mais il serait très surement à sujet d'avoir le syndrome de Stockholm si l'Hungry en question est gentil à son égard. Il n'aime pas particulièrement qu'on soit tendre avec lui, il préfère qu'on garde ses distances avec lui... mais pourquoi? À vous de le découvrir ~




It's my liiiife! … Man such a drag!


Bon, puisqu'on en est là et que vous semblez êtes intéressés par mon histoire. Je vais bien vous la racontez, mais ne vous plaignez pas après si vous la trouvez trop longue. De toute façon, je peux pas vraiment faire plus court alors...

Par quoi commencer... Hmmm... J'ai eu une enfance plus libre que certains j'imagine. J'ai vu le jour dans le repère des rebelles. Ce jour, était un 17 décembre, un jour d'hiver doux et clément. D'où mon nom, ou même surnom. Je suppose que selon les signes du zodiaque je serais capricorne. Un battant dit-on... À quel point je me le demande... J'ai vécu auprès de ma mère longuement. Je n'ai jamais connu mon père, mais qu'importe, j'avais ma mère et c'était suffisant. Je jouais, courais et me battais avec les autres enfants de mon âge, malgré que j'étais un enfant plutôt réservé. J'ai eu beaucoup d'amour, de liberté et je me suis liés d'amitié. Nous avions même eu une éducation de base pour se battre et survivre seul.

À mes neuf ans, nous jouions encore à la clairière, mais ce que nous ignorons c'est que nous étions observés... À croire qu'un Hungry rodait dans le coin. Et celui-ci essaya de nous capturer... Il avait réussi, mais ayant une fillette plutôt futés parmi les captifs, ou parce que l'Hungry était un sombre idiot, c'est sans peur qu'elle le tua en chemin. Avant qu'il n'avertisse à ces suceurs de sang qu'il a trouver le repère des rebelles. Heureusement pour nous! Mais dans ce soulagement, nous étions malheureusement condamnés au malheur... Perdu et désorienté d'autres Hungrys nous avaient détectés et se sont mis à nos trousses! Les pauvres enfants que nous étions; faibles et impuissants. On avait beau se débattre de toutes nos forces, mais de toute évidence, ce fut en vain...

Lorsque je m'étais réveillé, j'étais seul... Seul avec tous ces cadavres... Du moins, à première vue. Ils étaient si immobiles avec des expressions aussi morbides et effrayantes, que je les croyais morts. J'étais terrifié! Oh si, je l'étais. Je tremblais tant j'étais horrifié de voir mes pairs de la sorte. D'une seconde à l'autre, j'avais l'impression qu'ils pouvaient bouger et faire Dieu je ne sais quoi, mais quelque chose d'horrible c'est sûr! À ce moment, d'autres questions m'assaillis et me faisais paniquer... Qu'allait-il m'arriver? Qu'était devenus mes amis? Pourquoi étais-je seuls avec ces zombies?

Après quelques jours, à m'accoutumer de leurs "présences", on me sortis de ma cellule, mes réponses ne tarderaient plus! Quand un dresseur me prit violemment par le bras, si bien que j'en avais des bleus tant sa poigne était forte. C'était là, que j'avais revu mes amis et je ne tardais pas à les rejoindre. J'avais compris rapidement que nous étions en classe; en classe de dressage. D'ailleurs, je comprenais que si on n'obéissait pas, nous nous faisions fouetter. Ou plutôt on se faisait maltraiter gratuitement pour un oui ou un non. Selon leur humeur quoi. C'était ce que je croyais. Durant ces leçons, ma rage pour les Hungrys ne faisait que monter, je me montrais de plus en plus rebelle. Je venais même défendre mes semblables lorsque je les voyais se faire dompter de la sorte... Si cruellement. Comme j'étais naïf, si naïf! Mais vous comprendrez le sens ces mots plus tard. Mes rébellions m'avais coûté cher... J'étais cependant convaincu que ce ne serait pas en vain et qu'un jour les Humains rebelles vaincrons! Les vaincre?... *Rires* mais quel idiot!

Après quelques années, je fus un esclave accompli, docile ou pour le moins en apparence. C'est à mes quatorze ans que je fus vendu à mon premier maître. Un Hungry haut placer qui avait un titre de Noblesse très respecté parmi les siens. Je ne voyais vraiment pas en quoi c'était un si grand Hungry cela dit... Pour les quelques semaines à le servir, tout ce que je voyais était un Noble qui profitait de son héritage pour batifoler ou se noyer dans ses bouquins. Mais, il eut un jour où je me montrais peu digne de l'éducation de dressage que j'avais eut :

« Dites, vous ne vous arrêtez de lire que pendant que lorsqu'il est l'heure de boire ou de baisé? À quoi bon lire toute la journée! Vous rendre utile pour une fois, ça ne vous intéresse pas?

L'Hungry fut bien surpris, mais point contrarié étrangement :

« Tu t'intéresses à ce que je fais petit?
« Non, mais je ne comprends pas en quoi des trucs poussiéreux à de bien utile et encore moins d'intéressant!
« Tu aimerais comprendre? Eh bien, tout d'abord, lire sert à nourrir et fortifier l'esprit tout comme nous nous nourrissons de sang. Puis, peut-être, serais-tu intéresser par mes lectures qui sait? C'est ton peuple qui ont écrit la plupart des mes ouvrages favoris après tout.


Ce fut à mon tour de me montrer surpris, les yeux bien ronds et écarquiller. Lire ce que les humains avaient écrit?! Pourquoi diable lisait-il de tels ouvrages?

« Vous... lisez des trucs... que les humains ont écrit?
« C'est exacte! Mais ce ne sont pas n'importe quel ouvrage mon petit. Je ne trouve rien de plus intrigants et passionnants que leur tragédies, réel ou fictifs; Guerre Mondiale ou des écrits de Shakespear.

« Et pourquoi?
- S'enquit l'adolescent sourcillant -
« C'est pourtant simple, pour moi ces ouvrages de grandes tragédies ne sont que pour moi de véritables comédies. Les humains en ton genre me font bien rire dans leur dite noble cause pour que ce soit liberté ou l'amour. Car d'une manière ou d'une autre, ils ne finissent par s'entre-tuer pour des raisons ou principes idiots et sans but. Ils vont même jusqu'à justifier leur crime de meurtre. Cependant, tué des Hungrys pour leur liberté serait mieux? Pourtant nous nous différons pas tellement, nous savons parler, écrire, nous avons des familles, des amis, des amours, nous avons des classes et statuts sociaux tout comme ton peuple autrefois. Il arrive même parfois que nous nous entres-tuons comme vous et ce tout aussi stupidement! - Il échappe un autre rire moqueur contre sa propre race également! C'était à rien y comprendre. - Ces humains qui considèrent leur cause juste, pour moi n'est qu'une raison simple de faire des meurtres sans être punis. Je ne vois guère où est la pureté ou la noblesse de leur cause... et toi mon garçon? Serais-tu en mesure de me répondre?

Je serrais les dents et les poings. Malgré moi, des larmes de rages roulèrent sur mes joues! Il se moquait bel et bien de nous! En tout point, il m'avait mis au coin sans pourtant utiliser sa force inhumaine, d'ailleurs je me doute qu'il en ait. Mais son esprit était fort. J'affrontais décidément un ennemi qui n'était pas de taille, mais je l'affrontais malgré tout, comme l'imbécile que j'étais :

« Vous n'êtes pas des humains! Vous n'êtes que des monstres! Vous méritez tous de crever jusqu'au dernier!!! Nous! Nous battons pour notre survie! Et vous! Vous!! Vous n'êtes que de vulgaire cadavre suceur de sang! Vous oserez même boire notre sang jusqu'à la dernière goûte sans remords?! HEIN?! PAS VRAI?!

Ce sourire amuser sur ses lèvres... Pour une certaine raison, je savais que les mots suivants me ferais péter les plombs! Surement qu'à cause de mon tempérament de jeunesse incontrôlable, inévitablement je pourrais faire une belle connerie :

« Pas autant que tu ne le crois, nous ne voulons pas mourir de faim et qu'il n'ait plus un être humain pour nous substance. Nous avons besoin de vous, tout comme vous avez besoin de nous. Sinon vous ne sauriez survivre seuls dans ce monde que vous avez détruit volontairement et tout cela pourquoi dis moi? Pourquoi l'être humain a détruit la terre tu crois? Je vais te dire pourquoi : pour l'argent et le pouvoir! Vous n'êtes pas mieux que quiconque. Prêt à tuer parents, enfants et amis, manipuler et écraser les mouches sur leur chemin pour atteindre leurs grandes ambitions. À vrai dire... N'est-ce pas vous les véritables monstres tout compte fait? N'est-ce pas vous les véritables ignorants?

Je n'en pouvais plus... Je n'en pouvais plus... Ses dires à chaque fois me faisais questionner sur tout ce que j'avais naïvement cru toute ma vie. En plus de prétendre avec une naïveté sans nom de connaître la seule et véritable vérité. Eux était les méchants et nous les gentils... Ils étaient les monstres, alors que nous étions les héros. Tout ce qui me paraissait si clair en premier lieu devenait nébuleux! N'était-ce que mensonge? Au lieu de ce quoi, je croyait fermement que son esprit malin me manipulait en me récitant des mensonges de longs en larges. Je brisa un vase pour en prendre un morceaux bien tranchant. Je voyais rouge et je ne réalisais surement pas la terrible bêtise que j'étais sur le point de faire.

Cette mémoire est plutôt floue, pour dire vrai... Je sais simplement qu'après tout devins noir. Je m'étais réveillé sur mon lit de fortune. Je vis que mon maître avait pansées mes blessures à mon cou, mon bras et ma joue. Il se trouvait même à mon chevet. Je le repoussais troubler par les choses qu'il m'a dites... J'étais en larmes et je criais des jurons, des insultes et qu'il disparaisse. Je fus infatigable à hurler des sottises à tue tête. Même lorsqu'il fut partis pour me laisser seul, j'ai continué à jurer contre lui. Je ne réalisais surement pas la chance que j'avais qu'il se soit montré si patient avec moi. Surement que ça l'amusait de me voir anéantis si facilement. Je le voyais bien ricaner dans mon dos, alors que je me débattais intérieurement pour rien. Enfin presque, si ce n'était pas le cas, jamais je n'aurais compris ce que je sais aujourd'hui.

Les nuits passèrent et j'avais finis de pleurer toutes les larmes de mon corps. Lorsqu'il me vit revenir pour que je puisse le servir, il ne me parlait pas. Il ne m'ordonna rien. Il ne faisait que me regarder de son regard perçant. J'étais dans un état si pitoyable... J'avais presque honte de me montrer. J'étais convaincu qu'il se moquerait de ma mine affreuse. Et puis pourtant, la seule chose qu'il a fait en me voyant était de me démontrer d'un geste d'approcher. J'approchais... je ne comprenais pas pourquoi, mais qu'importe je ne faisais que lui obéir. Je me sentais si dégoûter d'être à sa merci, mais je fus brisé et perdu. Incapable de le désobéir. Mon maître me sourit et s'était mis à lire une de ses histoires qu'il lisait tout le temps à commencer par une pièce de théâtre de Shakespear. Rien de plus. Malgré moi, je l'écoutais. Je ne faisais que l'écouter.

Plus il me lisait d'histoires, plus je m'y en intéressais à apprendre davantage. Nous avions même commencé graduellement à avoir des échanges très sophistiqué. M'imprégnant de son riche vocabulaire tel une éponge. Que ce soit en discutant de philosophie ou d'histoires fictive ou réel. Bref, sur tout et sur rien. Je lui servais humblement du thé sans me plaindre comme avant. Malgré mon respect pour son enseignement, une partie de moi était obstiné à croire que les humains avaient malgré eux tous un bon fond.

« Mais maître ne dit-on pas que tout être humains sont nées bons et que c'est selon leurs choix, leurs valeurs et leurs convictions qu'ils deviennent fautifs?
« Je ne crois pas que l'être humain soit née bon. Je crois d'ailleurs que ce philosophe-ci.
- Taponnant de l'index auprès de sa caricature qu'on distinguait datant de la Renaissance - À bien raison de croire que nous ne naissons pas tous forcément bon. Par exemple, on ne demande pas si nous avons faim, on l'ordonne par nos pleures. Nos parents leurs doit obéissance, sinon, il se meurt par la famine. Lorsqu'on se sent sale on fait pareil. Étant notre seul outil de communication, les bambins ne peuvent faire autrement. Il ne seront même pas se taire et endurer leur faim ou leurs inconforts qu'importe ce que c'est. - Puis mon maître planta ses yeux aux pupilles dorées sur ma personne soupirant, sans toutefois perdre son sourire patient. - Mais je vois que peut-être que les livres uniquement ne suffise pas à comprendre cet enseignement. Du moins, si toutefois tu désirs le comprendre.
« Que voulez-vous dire? N'ai-je pas droit d'avoir des convictions qui diffèrent des vôtre? Est-ce ce que vous insinuez?
« Non, mais je vois en toi mon jeune Yuki, un jeune homme en soif de connaissance et de compréhension. Sauf si, comme je te l'ai déjà dit à maintes reprises, si tu ne veux pas assimiler ce que je te dis, soit ce sera ton choix. Mais si tu tiens à comprendre ce que je t'ai dis un peu plus tôt sur la nature de l'être humain, tu devras aller au-delà des livres que je possède pour y parvenir.


Je restais silencieux fixant le sol. Mais comment en apprendre davantage si les ouvrages qu'il possédait ne m'était plus d'aucune utilité. C'est dans ces pensées que je me fais interrompre et ses mots me laissais sans voix :

« C'est donc pour cela que je t'ordonnerais de quitter sans plus tarder mes terres, pour que tu puisses avoir tout le loisir de comprendre ou de rejoindre tes amis rebelles. Mais si tu devais te perdre ou que tu souhaites retourner chez moi, il me faudra une bonne thèse, Saisi?
« M-mais!....
« Pas de mais, oust et ne reviens pas jusqu'à satisfaction, tu as la porte libre pour me trahir si tu le désirs.


Dit-il avec le sourire, déjà plonger dans la lecture d'un nouveau théâtre qui semblait si passionnant dès les premières lignes, qu'il ne sut le décrocher du regard. Bouche-bée et perdu je repris mon souffle et accepta son offre en tirant ma révérence. Je fis mes préparatifs avant de quitter la demeure que j'ai vécu durant quatre longues années. Au moins, je m'étais débarrassé de servir cet Hungry gâteux. Malgré sa grande sagesse.

Je fus un humain errant, passant toujours pour l'esclave de mon maître. Il n'était pas question de me laisser raccompagner à la ferme et me faire vendre par un autre de ces ignobles monstres. Le seul qui ne méritait pas que je lui crache au visage était mon maître... Ou plutôt mon ex-maître. Car, je suis désormais un vagabond, je fus de nouveau libre! Cette liberté me fit tant de bien. Bien qu'une partie de moi ne pus s'empêcher de penser que cette liberté m'étais douteuse. J'ignorais pourquoi ça me chicotais, mais je faisais taire ce sentiment que je considérais impertinent.

C'est trois mois plus tard, en regardant les esclaves dans le marché qu'un événement marquant se produisit. Un moment que je ne saurais l'oublier. Un Hungry punissait un humain qui hurla et clama son innocente avec désespoir. Deux humains se tenaient à côté, l'un regardait sans le défendre, l'autre semblait prendre un malin plaisir à le voir souffrir. Le reste de la populace du marché se tenait là, à regarder comme s'il s'agissait d'un spectacle, murmurant entre-eux. Cependant, je n'en pouvais plus de cette injustice. Je criais « Arrêtez! » Bien sûr on me regarda comme si j'étais fou! L'Hungry s'arrêta et alla me menacer quand ses esclaves m'aborda d'abord :

« Qu'est-ce que tu veux toi? Tu es esclave toi aussi, qu'est-ce que ça peu bien te foutre hein?
« Qu'est-ce que ça peu bien me faire, dis-tu? N'est-il pas lui aussi un humain?! Ne devrais-tu pas le protéger?! Et puis--
- Quand je le sermonnais, mon regard s'écarquilla et c'est dans un demi-murmure que ces mots franchis mes lèvres - Et puis.... n'est-ce pas.... ton frère?!

Je les reconnaissais... Il n'y a plus aucuns doutes! C'était mes amis d'enfances, lui, son frère aussi, même le 3e esclave je le reconnaissais! Ils étaient là, bien que pas tous, il manquait cette jeune fille. Puis, le plus vieux éclata de rire. Il riait fort probablement de moi, mais pourquoi?

« Mon frère?! Ouai et tu sais ce qu'il a fait mon frère? Quand on a tenté de nous échapper, il comptait me faire trébucher pour que je puisse rester prisonnier, alors qu'il aurait été libre!
« C'est faux!!!
- Proteste ce dernier en larmes -
« Tu sais très bien que c'est vrai ne ment pas espèce d'avorton! Tu parles d'un frère tu n'es qu'une merde et un bâtard!
« C'EST FAUX! JE VAIS TE TUER!!!


Insulter, les deux frères se jetèrent l'un sur l'autre en se battant dans la boue! Je ne comprenais pas, j'étais figer là! Parmi la foule qui les regardait. Les Hungrys se moquèrent ouvertement de leur piètre prestance de haine et de stupidité. Eux qui étaient si proche! Eux qui se soutenait même dans les moments les plus durs! Jamais j'ai vu deux frères s'aimer autant qu'eux ou avoir une fraternité et une solidarité si forte. Je finis par me ressaisir et courir vers eux dans l'intention de les séparer. Mais, il était trop tard, le plus jeune perdis la vie d'un coup de poing mortel à la tempe. Son corps était devenu inerte d'un seul coup, si brusquement. L'éclat de la triste vie qu'il a vécu s'était éteinte sous mes yeux. Son frangin éclata de rire en voyant la dépouille encore chaud de ce dernier. Ses poing en sang, il dansait sur le cadavre telle une fête. Son maître fatiguer par la folie de son esclave décida de l'achever sur place le vidant de son sang. Il suppliait de vivre, mais en vain. J'étais à nouveau déstabilisé et sidéré... Je ne savais pas quoi penser.... Un frère sacrifierait vraiment un autre pour survivre? Est-ce seulement lui qui a fait preuve d'un égoïsme monstrueux? Ou si tel était la nature humaine. Par après, je fus témoin d'injustice de cruauté plus pire les une après les autres. Trahissons, meurtres sanguinaire, manipulations, escroqueries. Toutes raisons étaient bonnes pour tenter de justifier leurs actes impardonnables, clamant qu'ils étaient "sains d'esprits". Si vous saviez toutes les immondicités que certains ont pu faire preuve envers leurs pairs.

Ayant assez de voir ces misérables se faire du mal et détruire l'espoir que j'avais en l'humanité. Je retournai au manoir en colère et anéantit. Bien que j'ai vu les mêmes bêtises humaines commis autant par les Hungrys que par les Humains. Par ceux-ci envers leur pairs ou ceux qui se différaient de race. Je me sentais de nouveau si égaré. J'avais de nouveau besoin d'un guide et il est le seul être que j'avais en tête. Ce Noble Philosophe pour qui malheureusement ou heureusement (tout dépends de la perspective) mon respect ne faisait que grandir davantage. Lorsqu'il me vit toquer à sa porte, j'étais trempé jusqu'aux os. Cet accueil ne fut guère chaleureuse. Mon ex-maître avait ses bras croisés, adossé sur le cadrage de sa porte tout en me fixant d'un regard critique. Cette fois, il ne souriait pas. Il adoptait cette pose avec grâce et fierté en même temps de dégager une aura bien sévère. Je me laissais tomber à genoux dans la boue, secouer par mes sanglots, le froid et la colère brisant le peu de fierté que j'avais d'être un être humain :

« J'ai vu.... à quel point les humains peuvent se montrer cruels. Ils sont prêts à tout sacrifier pour leur survie ou pour leurs désirs les plus frivoles soient-elles! Soit famille ou ami! - Rien qu'à dire tout ceci, me rendit en colère contre notre stupidité et notre cruauté humaine que je me refusais de voir ou même d'accepter. Ça me rendait malade même! Ma gorge se serra, mon cœur s'était alourdis et quel fardeau c'était! Je souhaitais encore que tout ceci ne fut pas réel, mais avec tout ce que j'ai vu, je ne pouvais plus me voiler de cette horrible vérité. Je lui aie donc tout raconter ce que j'ai vu brièvement. Énumérant les événements dont j'ai été témoin les uns après les autres. Avec tout le mal du monde. Avec toute la honte que je puisse éprouver à ce moment-là! Jamais je n’eus aussi honte d'être un humain! Puis, je continuais sur ma lancé, à travers mes sanglots, ma gorge serrée et le cœur lourd. - Tout ce que... Ce qui se tient dans .... Leurs chemins..... hic.... Rien ne leur importe pour eux.....sniff .... Il ne pense qu'à eux et le reste, ils peuvent bien s'en ficher. Même quand l'un des leurs se sacrifie humblement pour eux... hic je les aie vu rire de leur sacrifice.... Comme s'ils avaient jugé que leurs vies n'était que pour rallonger leurs propres vies!

Je ne le vis pas, mais je le savais sans même le regarder, qu'un sourire s'était élargis sur ses lèvres. Il se retourna laissant sa grande porte ouverte :

« Ma foi, tu es fort surprenant Yuki. Je ne t'aurais jamais cru te revoir revenir un jour. Même en apprenant tout sur les êtres humains, ils peuvent toujours me surprendre. Mais toi, je pense que tu ne cesseras jamais de me surprendre! C'est fascinant! Puis, rend moi service va prendre un bain! Tu as une sale odeur putride! Entre vite avant que je ne referme cette porte!

Je me relevais aussitôt, m'essuyant mes yeux en larmes et je clamais haut et fort même si ma voix était encore brisée par la triste réalité que je me devais d'accepter :

« Comme vous le désirez, maître!

De nouveau au manoir, je ne sais plus si ce fut une sage décision ou non. Toutefois, n'ayant jamais eut ma place avec un autre Hungry que celui-ci et n'ayant plus ma place parmi les humains, je n'avais que mon maître. Plus rien ne comptais désormais. Durant longtemps, je ne parlais pas, je fus surement d'un triste ennuie pour mon maître. Je sais toutefois qu'il savait ce qui se tramait dans ma tête. Je n'en dormais plus, j'y pensais jour et nuit. Lentement, mais surement je commençais à accepter la réalité de ce monde. Mes convictions que je chérissais tant je les jetais aux oubliettes. Mon maître fut témoin de ces changements, le jour où je brisais mon silence qui était sans fin :

« Dites maître? Si aucun être humain n'est née bon... Ne serais-ce pas de même avec les Hungrys? Les Hungrys sont-ils donc tout aussi bon et mauvais que l'être humain?

Il sourit fièrement et répondit :

« Je n'oserais te contre-dire en osant dire que les Hungrys sont tous bons et pures! Sinon, je serais tout aussi stupide que tu l'étais mon cher Yuki. Mais nous ne sommes pas que mauvais non plus. Les êtres Humains non plus d'ailleurs.

Je ne suis pas sûr moi-même, mais je crois bien qu'un sourire s'était dessiné sur mes lèvres pendant un bref instant :

« Ça vous ressemble bien maître de tenir de tels propos.

Il me sourit davantage en retour. Maintenant, je savais que le monde contrairement à autrefois n'est ni blanc ni noir, juste remplis de nuances de gris qui diffèrent pour chacun d'entre nous. Humains comme Hungrys pouvaient se montrer cléments, ou bien cruels. Malgré ce que je sais, j'ai décidé de me séparer de ce monde si laid, injuste et égoïste. Je n'avais plus foie en rien, mais c'était surement mieux ainsi. Ainsi, je ne pouvais être déçu de rien. Je crois même qu'en moi a fleurit un désir de solitude profond. Devoir m'attacher à personne, dégoûter à la fois des Humains et des Hungry. Mais j'ai beau être dégoûter, je sais maintenant où se trouve ma place dans ce monde. Je ne m'en plaindrais plus désormais. Moi, Fuyuuki, ma place dans ce monde est en tant que stock à nourriture pour les Hungrys et c'est tout. Si je dois les servir soit, ainsi ce sera. Mais si on devait me donner des ordres plus illicites ordonner par des fanatiques, je refuserais tout bonnement de les exécuter.

De moins en moins, je me sentais réticent à lui tendre mon cou pour qu'il s'abreuve de moi. J'étais un humain et lui un Hungry et c'est tout. Un maître qui se sentait seul et s'intéressait aux tragédies qu'il prenait plaisir à en rire. Je comprenais d'ailleurs mieux pourquoi il riait de nous. Il était le seul à comprendre le monde pour ce qu'il est vraiment. Mais, désormais, il n'était plus le seul. Cela dit, jamais je n'oserais dire que j'appréciais sa compagnie et je pense que ce sentiment est mutuelle. Toutefois, il m'a appris, bien plus que je ne l'aurais imaginer. Il m'a appris à lire, à écrire et à compter. Il m'a fait apprendre par cœur l'histoire de l'humanité tout comme celle des Hungrys. Plus j'en avais appris, plus j'avais du respect pour ce Noble que fut mon maître. Jamais, il ne fut tendre à mon égard, mais jamais, il ne fut bien mauvais non plus. Il avait mon respect pour cela aussi. Limite, il a été bon pour moi. Si on m'entendait, on m'accuserait d'avoir le syndrome de Stockholm. Qu'importe! Moi, je me sens aucunement forcer d'apprécier mon maître.

Un an plus tard, mon maître fut assassiné par des Hungrys rebelles... Ils se sont fait berner par la naïveté humaine de ce que je vois. Je suis si désoler pour eux. Même s'il est décédé, je n'ai pas pleuré la mort de mon maître, mais la soit disant liberté qui me fut offerte? Honnêtement, Je n'en veux plus... La liberté qu'on s'était promis n'est que mensonge et je le sais. Il n'y a jamais eut de véritable liberté, ni avant, ni maintenant, ni jamais.... Donc me revoilà au marcher. À qui voudras m'acheter ou me laisser errer! D'une manière ou d'une autre je m'en moque. C'est à vous de faire ce choix... le choix n'est plus de mon pouvoir depuis bien longtemps... Du moins presque...

Après ça? Bon si vous insistez pour un épilogue abrégé. J'eus plusieurs maîtres, mais disons que je n'aime pas qu'on me maltraite, qu'on me vide de mon sang sans avoir un semblant contrôle quelconque, ou encore faire des tentatives de viols sur ma personne. Je ne sais pas ce que ces Hungrys avaient avec mon sang... Certains en devinaient presque obséder! C'était étrange... Car mon maître n'avait jamais fait preuve d'un comportement aussi malsain à l'égard de mon sang. Et donc, souvent, je me sauvais pour qu'un autre m'achète et ainsi de suite. Plutôt que de m'acheter dans la ferme, je me baladais dans la rue. Je suis au courant du danger que je peux courir, mais vaut mieux aussi qu'à la ferme en compagnie des humains pour qui j'avais désormais une si basse estime...



Dernière édition par Fuyuuki le Mar 10 Juin - 17:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Fuyuuki, de glace comme l'hiver   Sam 7 Juin - 22:40

Invité
avatar
Invité

Rebienvenue, toi *^*
Hâte de lire la suite o/ Huhuhu :emo30:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Fuyuuki, de glace comme l'hiver   Sam 7 Juin - 23:30

avatar
Reine d'Hellena

© crédit : Yuuko by Clamp
Doubles-Comptes : Opale Ashfort, Laeren Tatsuya
Fiche : Mon histoire
Journal : Mon journal
Sexe du personnage : Féminin
Messages : 1913
Date d'inscription : 19/11/2013
Age : 27
Localisation : Quelque part dans le palais.

Re-bienvenue. ! Bon courage pour l'histoire ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Fuyuuki, de glace comme l'hiver   Dim 8 Juin - 2:40

avatar
Esclave

© crédit : Natsuno Yuuki/Koide © Shiki
Doubles-Comptes : Kazumi Valvare
Fiche : Ce que je suis...
Journal : Ce que je fais de mon temps...
Sexe du personnage : Masculin
Messages : 159
Date d'inscription : 07/06/2014
Age : 25
Localisation : À la demeure de mon maître, qui sait pour combien de temps...

En faite l'histoire est déjà composer seulement comme j'ai dit à Leander je sais pas trop en quoi consistes les humains esclave de rues. J'avoue que je l'ai pas mal imaginer tout seul parce qu'il n'y a que des bribes d'info à peine donc j'aimerais bien qu'on en discute qu'importe le support si c'est par MP ici ou même skype ^w^

Du coup on pourra clarifier tout ça et ainsi éviter les incohérences au contexte du forum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Fuyuuki, de glace comme l'hiver   Dim 8 Juin - 3:37

Invité
avatar
Invité

Oh lala... *^*
J'adore trop ton nouveau personnage!!!
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Fuyuuki, de glace comme l'hiver   Dim 8 Juin - 15:49

avatar
Esclave

© crédit : Natsuno Yuuki/Koide © Shiki
Doubles-Comptes : Kazumi Valvare
Fiche : Ce que je suis...
Journal : Ce que je fais de mon temps...
Sexe du personnage : Masculin
Messages : 159
Date d'inscription : 07/06/2014
Age : 25
Localisation : À la demeure de mon maître, qui sait pour combien de temps...

Merci  :emo13:

Sinon merci également pour les re-bienvenues ^^

Au pire, je pourrais peut-être publier l'histoire malgré tout et vous regarderez par vous même si ça concorde ou non, mais j'ai besoin d'une petite relecture d'abord! Apparemment qu'il y a une tonne de fautes qui traînent encore °° et peut-être justement un peu trop :'DD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Fuyuuki, de glace comme l'hiver   Mar 10 Juin - 17:29

avatar
Dresseur Rebelle

© crédit : Fushimi Saruhiko © K Project
Doubles-Comptes : Fuyuuki
Fiche : L'Hungry Yandere ~
Journal : Ce que le psychopathe a écrit... Sur vous peut-être?! *W*
Sexe du personnage : Masculin
Messages : 318
Date d'inscription : 18/12/2013
Localisation : Derrière toi ~

Voilà j’espère que ça ira... sur ce bonne lecture
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Fuyuuki, de glace comme l'hiver   Mer 11 Juin - 17:04

avatar
Reine d'Hellena

© crédit : Yuuko by Clamp
Doubles-Comptes : Opale Ashfort, Laeren Tatsuya
Fiche : Mon histoire
Journal : Mon journal
Sexe du personnage : Féminin
Messages : 1913
Date d'inscription : 19/11/2013
Age : 27
Localisation : Quelque part dans le palais.

Sympathique personnage. Voire même plus. Je prendrais bien du plaisir à croiser Fuyuuki en rp un jour ou l'autre...
Quoi qu'il en soit, il y a quelques fautes, mais qu'importe, je passe la dessus vu que la qualité est la. Je te valide donc. Pour ta couleur... Je dirais bleue ? J'ai tord ou... (je préfère demander plutôt que de me tromper)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Fuyuuki, de glace comme l'hiver   Mer 11 Juin - 17:19

avatar
Esclave

© crédit : Natsuno Yuuki/Koide © Shiki
Doubles-Comptes : Kazumi Valvare
Fiche : Ce que je suis...
Journal : Ce que je fais de mon temps...
Sexe du personnage : Masculin
Messages : 159
Date d'inscription : 07/06/2014
Age : 25
Localisation : À la demeure de mon maître, qui sait pour combien de temps...

Oui ce sera bleu ^^ peut-être qu'en évoluant au cours du RP il deviendra vert, mais c'est pas pressant x) il compte pas se rebeller pendant longtemps! Sinon encore désoler pour les fautes >< et merci pour vos compliments altesse j'en suis très flatter :emo2:

J’avertis, cependant, qu'il n'est achetable qu'à la rue. Question qu'en tant que joueur je sois pas bloquer à la ferme pour l'éternité xDDD c'est moche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Fuyuuki, de glace comme l'hiver   Mer 11 Juin - 17:26

avatar
Reine d'Hellena

© crédit : Yuuko by Clamp
Doubles-Comptes : Opale Ashfort, Laeren Tatsuya
Fiche : Mon histoire
Journal : Mon journal
Sexe du personnage : Féminin
Messages : 1913
Date d'inscription : 19/11/2013
Age : 27
Localisation : Quelque part dans le palais.

Tu pourras préciser ça dans ta demande de maitre sans problème.
Donc voila, rang et couleur ajouté, je vais mettre à jour la liste des avatars puisque tu avais réservé l'avatar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Fuyuuki, de glace comme l'hiver   Mer 11 Juin - 17:36

avatar
Esclave

© crédit : Natsuno Yuuki/Koide © Shiki
Doubles-Comptes : Kazumi Valvare
Fiche : Ce que je suis...
Journal : Ce que je fais de mon temps...
Sexe du personnage : Masculin
Messages : 159
Date d'inscription : 07/06/2014
Age : 25
Localisation : À la demeure de mon maître, qui sait pour combien de temps...

oui merci ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Fuyuuki, de glace comme l'hiver   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Fuyuuki, de glace comme l'hiver

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» Socle de glace
» Le Feu et la Glace réunies... [PV Goupixa]
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You're my Toy, Little Thing ::  Personnages  :: Présenter son personnage :: Humains Validés-

Nos partenaires
Logo 88*31Bound Souls