Serez-vous soumis à la Nouvelle Race ou serez-vous l'un des leurs ?
 

Partagez | .
 

 Very, very bad wolf!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: Very, very bad wolf!   Sam 5 Avr - 20:33

avatar
Esclave Rebelle

Sexe du personnage : Masculin
Messages : 91
Date d'inscription : 05/04/2014
Age : 29


BLACK

Hei
Ͽ Darker than Black


Nom: Aucun actuellement
Prénom: Black
Âge: 21 ans
Sexe: Masculin
Sexualité: Bi
Groupe sanguin: AB
Race: Humain
Métier: Rebelle infiltré
Allégeance: Rebelle


Et une plastique de rêve!



Dans la fleur de l'âge, Black est un jeune homme qui peut paraître tout ce qu'il y a de plus banal au premier abord. Si encore, vous le remarquiez... Son tempérament calme et sa façon de se mouvoir comme une ombre pourraient bien vous priver de cette chance ! Qui plus est, Black n'a pas pour habitude d'attirer l'attention sur lui, il préfère observer plutôt qu'être observer, si vous voyez où je veux en venir... Pourtant, si vous prenez quelques minutes pour le contempler, il y a de fortes chances que ce jeune homme vous intrigue... Il est en général toujours vêtu de noir, affectionnant les longs manteaux particulièrement, car il ère plus la nuit que le jour. S'il n'est pas le plus grand des hommes, bien qu'il se sente à l'aise du haut de ses un-mètre-soixante-dix-huit, Black est plutôt bien bâtit. Son corps est fin et élancé. S'il entretient un minimum sa musculature, sa fine carrure a tôt fait de ruiner ses efforts. Ainsi, gentes dames et damoiseaux, inutile de perdre votre temps à essayer d'admirer ses formes au travers de ses vêtements ! Ses cheveux sont noirs comme le plumage d'un corbeau, toujours coiffés mi-longs. Mais, ce qui attirera le plus votre attention, c'est probablement le regard pénétrant de Black. Ses beaux yeux bleus semblent vous scrutez de fond en comble comme si, ils étaient capables de percer tous vos secrets. Son visage semble affiché en permanence une expression neutre, reflétant parfois un éternel ennui. Si vous veniez à l'interroger sur son sourire, il s'amusera à vous répondre qu'il « ne sourit jamais » mais, Black n'est qu'un simple humain après tout. Osez l'observez assez longtemps et peut-être, auriez-vous la chance de découvrir que lui aussi, est capable de sourire.



Et un cerveau trop complexe!!



Black est un loup solitaire. Il affectionne le silence et de ce fait, il a tendance à fuir les lieux bruyants. Il n'est pas très bavard et si vous l'interrogez, il n'aura aucun scrupule à vous faire part du fond de sa pensée. Si déjà, de part son apparence, vous auriez tendance à vous méfier de cet humain, vous le détesterez probablement à essayer de le fréquenter. Black est tout simplement l'exemple parfait de l'homme qui « en rien à faire » et « qui ne pense qu'à lui ». Néanmoins, il est discipliné et agit toujours avec une remarquable intelligence. Black a souvent un coup d'avance sur ses adversaires, possédant un esprit vif et une capacité inouïe à s'adapter à tout type de situation. Ajoutez à cela une parfaite maitrise de certaines armes blanches, une grande agilité et de bons reflex au combat au corps à corps. Ah oui, j'ai mentionné « ses ennemis ». Comme tout rebelle qui se respecte, on pourrait penser que les hungrys sont ses fameux ennemis mais, Black est considéré, au sein même des rebelles, comme, je cite : « un bon-à-rien qui mériterait d'être torturé puis bouffé vivant ». De ce fait, on peut dire qu'il a des ennemis un peu partout... Et aucun ami, à vrai dire. Il n'y a aucun doute quant au fait que Black pourrait être un atout dans la révolte contre les hungrys mais, faudrait-il encore que le loup accepte de se donner corps et âme pour les siens... S'il accepte sans mot toutes les missions qu'on lui confie, c'est bien car les rebelles agissent aussi dans son intérêt.

Il ne lui viendrait jamais à l'esprit de se sacrifier dignement pour la gloire de l'humanité. Et puis quoi encore ? Des biscuits avec ceci ? Tout ce qui l'inspire, c'est sa propre survie. Certains diront que Black se force à exister, qu'il est là et qu'il s'ennuie constamment. Pourtant, gratter un peu la surface et vous découvrirez un jeune homme curieux, intelligent et rêveur. Le plus gros défaut de Black est probablement le fait que ses rêves sont à des années lumières de la triste réalité... Le jeune homme a toujours considéré que cela le mènerait à sa perte. Ainsi, Black court désespérément après un idéal qu'il sait hors d'atteinte. S'il est difficile de trouver des qualités chez le jeune homme, on pourrait peut-être citer sa franchise, une qualité se faisait de plus en plus rare par les temps qui court. Notons aussi le fait qu'il n'attend jamais rien de personne et qu'il ne fait confiance à personne. Sa seule attache est peut-être finalement la solitude. Mais, un humain peut-il réellement vivre seul ? Nous savons tous que c'est faux.



It's my liiiife!



En ce monde, mon histoire est des plus banales voir, totalement ennuyeuse. Mais, j'imagine que je n'ai pas d'autre choix que de vous la raconter... Je suis né dans une ferme d'élevage, il y a une vingtaine d'année de cela. Je n'ai évidemment pas connu mes géniteurs mais, cela n'avait aucune importance même à l'époque. Un enfant n'ayant jamais eu l'amour d'une mère s'y fait relativement vite à partir du moment où il est nourri, bien au chaud et qu'il s'habitue à une quelconque odeur. Certes, le gamin aura forcément quelques lacunes comportementales en grandissant mais, on finit par s'y faire. Au sein de cette ferme, je n'étais considéré que comme un vulgaire animal de compagnie parmi tant d'autres mais, je n'ai pas le souvenir d'avoir été torturé ou abusé. Il faut dire que, comme je n'avais encore jamais vu le monde extérieur, tout cela me paraissait parfaitement normal. Les sangsues approuveront probablement mes dires, enchérissant peut-être que j'étais alors « à ma place ». J'ai grandi en enfant esclave modèle jusqu'à plus ou moins mes six ans où une nuit, qui pourtant avait commencée comme toutes les autres, l'avenir qu'avaient tracés les hungrys par avance pour moi fut brisé.

Je me souviens du vacarme et des voix montant à l'extérieur du bâtiment où j'étais enfermé. Une explosion m'avait même paralysée de terreur, tant elle était forte et proche. Au travers des barreaux de ma cage, je pouvais apercevoir au loin des ombres s'affronter sous la faible lueur d'une lune peu généreuse. Des rebelles s'étaient attaqués à la ferme et, s'ils avaient prévu de frapper très fort cette nuit-là, ils furent rapidement maîtrisés et massacrés. Avec le recul, j'en avais conclu que les hungrys n'avaient jamais écarté l'hypothèse que les rebelles s'en prendraient tôt ou tard à la ferme. En quelque sorte, ils n'avaient attendu que ça, afin d'avoir une bonne excuse pour faire couler le sang à flot. Dans le chaos et la confusion, ma cage fut ouverte et la main d'un parfait inconnu, murmurant des mots rassurants, s'était tendue vers moi. Je n'étais qu'un enfant élevé pour obéir, la seule option qui s'offrait alors à moi était de prendre cette main et de me laisser emporter par cet inconnu...

Ainsi, je me suis retrouvé parmi les humains rebelles. Je fais partie des quelques enfants qui, cette nuit-là, fut « sauvés » de leur triste sort. Au prix de combien de vies humaines ? Hum, probablement trop. Mais ce n'était ni la première, ni la dernière mission suicidaire organisée sous le drapeau de la liberté de l'humanité. Si durant mes premières semaines parmi les hommes j'avais toute l'intention dont peut rêver un enfant, au bout de quelques temps, je ne fis plus qu'un gamin seul cherchant désespérément de l'affection. Mais, tout le monde n'avait que faire du môme que j'étais. Il y en avait tant, d'enfants rescapés. J'ai grandi dans l'indifférence la plus totale de mes semblables, n'étant au final qu'une bouche à nourrir qu'on s'efforçait de maintenir en vie « par humanité ». L'impression d'être constamment un poids pour les autres m'avaient, à une période de ma tendre jeunesse, beaucoup affecté. C'est vers la fin de mon adolescence où, lassé de courir après tout ce que je n'avais jamais eu et ce que je n'aurai jamais, j'avais fini par accepter ma triste vie et ce, à bras ouvert.

Je me suis rapidement éloigné de la vie au campement des rebelles, n'apparaissant que de temps à autre pour piquer quelques victuailles puis, disparaissant à nouveau. En réalité, j'errais ci-et-là sur cette île qui était notre prison tout comme notre foyer. A force d'observation, j'avais réussi à approcher sans peine la ville, réussissant bien des fois à me glisser dans le territoire des hungrys sans jamais être aperçu. J'avais découvert bien des passages secrets, bien des endroits vides à certaines heures de la journée ou de la nuit. Je me déplaçais toujours seul, dans l'ombre des ruelles les plus sombres, sur les toits hors de la hauteur du regard des passants ou encore, dans des vieux tunnels secrets que tous semblaient avoir oubliés. Personne n'avait vent de mes mouvements, j'en avais pris toutes les précautions. Je ne faisais pas plus confiance à ces rebelles bruyants qu'aux suceurs de sang. Régulièrement, je me glissais dans la zone des présumés prédateurs de l'humanité afin de récolter des informations pour mon seul usage et mes propres intérêts. Mais malgré le succès de toutes mes promenades dans le domaine des hungrys, une réalité me revenait sans cesse à l'esprit : si jamais l'un de ces vampires arrivait à me mettre la main dessus, j'étais un homme mort. Je le savais et pourtant, je n'arrivai jamais à détacher mon regard du palais royal. Il semblait si puissant, si prétentieux que je ressentais l'irrésistible envie, l'irrésistible besoin de le défier... Je ne pouvais pas me contenter de la vie que je menais. Tout mon être s'y refusait, la rejetait. J'avais bien d'autres ambitions. Mais, pour des raisons qui me sont propres, je me tairais pour le moment sur ces dernières. Nous avons tous notre petit jardin secret, après tout, non ?

Quand je n'étais pas en train de risquer ma peau chez les affamés, je m'entraînai dans la forêt afin de perfectionner ma maitrise des armes, affectionnant deux dagues dont j'avais hérité suite au décès d'un humain dont je n'avais même pas réussi à mémoriser le prénom mais, qui semblait m'apprécier. Probablement à tort. Peu de temps après ma période d'adolescence, les rebelles commencèrent à en avoir plus qu'assez du « bon-à-rien » que j'étais. Ainsi, à force de menaces et de violence, j'avais fini par accepter de les suivre dans leurs missions suicidaires. Si beaucoup de rebelles mourraient ou pire encore, se faisaient capturés par les hungrys, j'avais toujours réussi à revenir en vie au campement. Certes, rarement frais et en bonne santé mais, bel et bien vivant. J'ai participé durant des mois à ces missions pour la gloire de l'humanité et pour la liberté de l'homme. A la guerre comme à la guerre, bien des sangsues ont perdu la vie sous mes lames aiguisées mais, qu'importe combien de ces vampires je tuais, les pertes du côté des humains étaient toujours bien supérieures.

A force de côtoyer certains rebelles, j'avais fini par éprouver une profonde sympathie envers un petit groupe. Si je ne faisais pas vraiment parti de ce groupe, j'appréciai l'observer au loin. Malgré notre situation désespérée et notre combat sans fin, ils arrivaient toujours à rire et s'aimaient comme des frères et sœurs. Leur présence me servait de plus en plus d'excuse pour revenir au campement de la zone hostile, m'éloignant ainsi des dangers du territoire des hungrys - pour un temps du moins. Un soir, alors qu'ils s'étaient réunis comme à leur habitude au coin d'un feu pour raconter leurs histoires douteuses, l'une d'entre-elle était venue à moi. Elle s'appelait Amélia et, pour l'avoir regardé bien des fois, je savais que ma présence dans son ombre l'avait toujours préoccupée. Cette nuit-là, contre toute attente, je rejoignis ce petit groupe d'humains stupides mais, ô combien heureux. Le temps avait défilé à une vitesse sans pareille et, l'enfant en manque d'affection que j'étais autrefois été devenu le fameux « loup noir solitaire et faisant constamment la gueule ! » comme le disait si bien la petite Amélia. Grâce à elle, j'avais eu la chance d'améliorer mes techniques de combat au corps à corps bien que, je dois avouer que ce ne fut pas sans douleur... Ce petit bout de femme savait se battre et, elle savait également s'affirmer !

Un autre membre du groupe,prénommé John, s'était donné pour tâche de m'apprendre à compter et à lire. Malheureusement pour lui, j'étais très loin d'être un érudit. Je me souviens de cette période de ma vie comme étant la plus belle. Mais au fond, j'avais toujours su que cela ne durerait pas. Je ne peux pas prétendre avoir aimé Amélia, ni même avoir été « un frère » pour les autres membres de notre groupe : John, Zento et Matthieu. J'ai bon y réfléchir, cela m'échappe toujours autant... C'est au cours d'une simple mission de reconnaissance que notre groupe fut anéanti. La douce Amélia s'était éteinte lentement dans mes bras tandis que Matthieu fut tué de sang froid. Quant à John et Matthieu, j'ignore toujours ce qu'ils sont devenus. Je garde au fond de moi l'espoir qu'ils puisse encore exister, quelque part, sur cette maudite île. Ce n'était pas la première fois que je rentrai seul au campement et pourtant, pourtant... La douleur était insoutenable.

La disparition de mes compagnons avait causé un gouffre immense en moi. J'avais eu l'impression que jamais, je ne m'en relèverai. C'était comme si j'avais totalement oublié comment je vivais avant de faire leur connaissance. Amélia me hantait jour et nuit. La solitude ne m'avait jamais paru aussi insupportable. Pour ne pas arranger les choses, beaucoup de rebelles me mirent à dos leurs disparitions. Si le temps est un remède à tous les maux, il y a des cicatrices qui elles, ne guérissent jamais.

Durant l'une de mes expéditions en solitaire sur le domaine des sangsues, l'idée de m'en prendre directement au couple royal m'avait traversée l'esprit à maintes reprises. Je n'avais jamais réussi à approcher le palais d'assez prêt pour voir le visage des dirigeants de notre monde et pourtant, aussi absurde soit-il, je pensai être capable de me glisser jusqu'à eux et de leur ôter leurs vies. Ainsi, peut-être vengerais-je la mort d'Amélia et la disparition de mes compagnons ? Peut-être que ma conscience en serait soulagée ? Mais, quand même bien je voudrais ainsi mettre fin à mes jours, ce geste, aussi apprécié serait-il de ces rêveurs d'humains, serait tout à fait inutile. Un autre couple hungry serait couronné quelques semaines après et, la vie reprendrait son court normal sur l'île. C'est en réalisant ceci que je pris conscience de toute l'ampleur de notre cause désespérée. Les rebelles ne font que s'en prendre à la queue inutile d'un lézard. Quand bien même ils arriveraient à en venir à bout, une autre repousserait.

Enfin, les rebelles trouvèrent un moyen rentable de se débarrasser de moi. Cela ne m'avait guère étonné, j'avais toujours gardé cette éventualité dans un coin sombre de ma petite tête. J'avais reçu pour « mission » de m'infiltrer et d'espionner les hungrys directement sur leur territoire. Pour cela, j'allais devoir être rabaissé au rang d'esclave afin de pouvoir discrètement collecter un maximum d'informations sur les sangsues... Quelle ironie du sort. Les humains m'ont arraché de l'esclavage des hungrys pour ensuite m'y replonger... Et ce, après m'avoir laissé prendre à plein poumons l'air de la liberté. On m'envoyait à l'abattoir et étrangement, bien que je n'avais pas mon mot à dire, un ordre était un ordre après tout, je n'y avais opposé aucune résistance. Peut-être parce que, je n'avais pas l'impression d'être envoyé en territoire inconnu ou, peut-être parce que plus rien ne me retenait ici... Toute l'opération avait été planifiée avec soin. Des hungrys rebelles avaient déjà prévus ma mise aux enchères et ils semblaient très enthousiastes. D'après eux, les jeunes hommes tels que moi ont tendance à particulièrement bien se vendre.

Le lendemain même, c'est les mains enchaînées dans mon dos et un collier portant un numéro à mon cou que je m'étais mis à genoux sur un podium, au cœur même d'Hellena, devant une foule d'hungrys qui aussitôt, commencèrent à hurler des prix.



As they play with our lives
They'll try to control you
As if they own you
Will you let them steal your freedom?


Dernière édition par Black le Dim 6 Avr - 23:12, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Very, very bad wolf!   Sam 5 Avr - 20:40

Invité
avatar
Invité

UN REBEEEEELLE ! ♥
HALLELUJAH je t'aime déjààààà *W*
Bienvenuuuue !!
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Very, very bad wolf!   Sam 5 Avr - 20:54

Invité
avatar
Invité

Bienvenue et bonne chance pour la fin de ta fiche =D
Viol en cours de préparation. Veuillez patienter le temps de la fin de la fiche de votre cible. *SBLAAAAM*
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Very, very bad wolf!   Sam 5 Avr - 21:02

Invité
avatar
Invité

BIENVENUE. Bon courage pour ta fifiche ! =D
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Very, very bad wolf!   Sam 5 Avr - 21:32

avatar
Reine d'Hellena

© crédit : Yuuko by Clamp
Doubles-Comptes : Opale Ashfort, Laeren Tatsuya
Fiche : Mon histoire
Journal : Mon journal
Sexe du personnage : Féminin
Messages : 1913
Date d'inscription : 19/11/2013
Age : 26
Localisation : Quelque part dans le palais.

Bienvenue sur le forum et bon courage pour ton histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Very, very bad wolf!   Sam 5 Avr - 22:29

Invité
avatar
Invité

Bienvenue Blacky ! \o Attention à toi, je te surveille, et je surveille d'encore plus près les mikados de Orion ! Razz
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Very, very bad wolf!   Dim 6 Avr - 22:37

avatar
Esclave Rebelle

Sexe du personnage : Masculin
Messages : 91
Date d'inscription : 05/04/2014
Age : 29

Merci à tous pour votre accueil chaleureux ! <3

J'ai terminé ma fiche. J'espère qu'elle vous conviendra sinon, je tâcherai de changer certains aspects de l'histoire à votre demande. Je m'excuse par avance pour les fautes... @_@

*Vole la boite de Mikado et disparait dans l'ombre*



As they play with our lives
They'll try to control you
As if they own you
Will you let them steal your freedom?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Very, very bad wolf!   Dim 6 Avr - 22:52

avatar
Reine d'Hellena

© crédit : Yuuko by Clamp
Doubles-Comptes : Opale Ashfort, Laeren Tatsuya
Fiche : Mon histoire
Journal : Mon journal
Sexe du personnage : Féminin
Messages : 1913
Date d'inscription : 19/11/2013
Age : 26
Localisation : Quelque part dans le palais.

Je suis sous le charme... Je crois que ça veut tout dire. Je vais donc aller te donner ton rang et ta couleur.
Tu peux aller recenser ton avatar et faire ce qu'il te plait de faire.
Bienvenue parmi nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Very, very bad wolf!   Dim 6 Avr - 22:59

avatar
Ancien Roi d'Hellena

Doubles-Comptes : Snehal Ester Nollaig, Alizée Mortius
Sexe du personnage : Masculin
Messages : 461
Date d'inscription : 24/10/2013

Tu as été plus rapide que moi, Aelitha X)

Bienvenue! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Very, very bad wolf!   Dim 6 Avr - 23:13

avatar
Esclave Rebelle

Sexe du personnage : Masculin
Messages : 91
Date d'inscription : 05/04/2014
Age : 29

Merci beaucoup... ;__;

Je vais de ce pas recenser l'avatar.



As they play with our lives
They'll try to control you
As if they own you
Will you let them steal your freedom?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Very, very bad wolf!   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Very, very bad wolf!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Team Aura (pv : Red Wolf )
» Rp avec Thunder Wolf ?
» Bienvenue aux Galeries Red Wolf
» Tequila Tequila ! [Téquila Wolf, Rang A, Chasseurs de Primes, Un plan mafieux, réservée]
» Punk Wolf

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You're my Toy, Little Thing ::  Personnages  :: Présenter son personnage :: Humains Validés-

Nos partenaires
Logo 88*31Bound Souls